Kolda : La communauté mobilisée pour éradiquer la tuberculose

koldaLe médecin-chef de la région médicale de Kolda demande à la communauté de participer à la détection des malades potentiels pour vaincre la tuberculose.

Le taux de détection de la tuberculose dans la région de Kolda est encore en-deçà des attentes des autorités médicales. En effet, sur les 745 cibles attendues en 2017 (nouveaux cas de tuberculose pulmonaire bactériologiquement confirmés, c’est-à-dire contagieux), 301 seulement ont été atteintes contre 444 manquantes. Concernant les cas de tuberculose pulmonaire et extra-pulmonaire, sur les 1.040 cibles attendues l’année dernière, 332 cas ont été atteints pour 708 manquants. Par contre, pour ce qui est du test de Vih chez les personnes atteintes de tuberculose, sur 100 % des cibles attendues, 99% des cas ont été atteints pour un seul cas manquant. Ces informations ont été données lors de l’atelier de plaidoyer organisé à Kolda par la région médicale à l’occasion de la Journée régionale de lutte contre la tuberculose.

De nombreux leaders, dont des responsables de groupements féminins, d’associations de jeunesse, d’organisations communautaires de base, socioprofessionnelles, des guides religieux, des notabilités coutumières, et des chefs de services régionaux ont pris part à cette rencontre. Le thème de cette année est : « Nous sollicitons les leaders pour un monde sans tuberculose ». Les principaux facteurs de risque de la tuberculose dans la région de Kolda sont, entre autres, la promiscuité, la précarité, la pauvreté et l’exposition au tabac.

Le médecin-chef de la région médicale, le Dr Yaya Baldé, s’est félicité de la forte mobilisation des acteurs contre la tuberculose. «Maintenant la tuberculose est une activité multisectorielle. Tous les acteurs vont participer à la lutte. Aujourd’hui, nous devons marquer l’histoire puisque le slogan au niveau mondial est « Mettre fin à la tuberculose ». Pour cela, les leaders doivent être impliqués, puisque c’est eux qui vont porter cette lutte auprès des communautés », a-t-il déclaré. Le Dr Baldé a ainsi demandé aux différents acteurs de s’impliquer dans la détention des malades potentiels qui vivent au sein de la communauté pour faciliter la prise en charge précoce de la maladie afin de l’éradiquer. Il a également insisté sur la nécessité d’un traitement correcte des malades pour éviter la survenue des résistances tout en leur assurant une bonne guérison.
Source: Le Soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »