Kolda : Le Cdepe fait casser une douzaine de mariages d’enfants

mariage enfants koldaDouze cas de mariages d’enfants ont été cassés, cette année, dans la région de Kolda, grâce à la vigilance du Comité départemental de protection de l’enfance.

Malgré la mobilisation des Services déconcentrés de l’Etat et des organisations de la société civile, les mariages d’enfants se poursuivent encore dans certaines contrées de la région de Kolda. Pour inverser la tendance, les acteurs de la protection des droits de l’enfance intensifient la lutte contre ce phénomène avec l’appui des partenaires au développement. C’est le cas notamment du Comité départemental de protection de l’enfance (Cdepe) qui mène des activités de sensibilisation, de médiation et d’appui juridique pour mettre fin aux violences faites aux enfants. Et on peut dire que ce combat commence, aujourd’hui, à porter ses fruits, car au moins 12 cas de mariages d’enfants ont été cassés, cette année, dans la région, grâce à l’intervention du Cdepe. « On a constaté, en toute honnêteté, une diminution des mariages d’enfants à Kolda. Pour cette année, on a cassé au moins 12 mariages. On a pu faire comprendre à des parents que l’intérêt de la fille prime sur toute autre considération. Si la fille ne veut pas du mariage, il ne faut pas la forcer à ce consommer ce mariage », a déclaré Babacar Sy, coordonnateur du Conseil Ado de Kolda.

L’extrême pauvreté des ménages et la crainte de certains parents de voir leurs filles tomber en état de grossesse avant le mariage expliquent, en grande partie, la persistance de cette pratique. C’est, du moins, ce qu’a déclaré Coumba Boye, chargée des Programmes à l’Ong Enda jeunesse action. « Si vous demandez aux parents pourquoi marier aussi tôt leurs filles, ils répondent qu’ils ont peur de voir celles-ci contracter une grossesse hors mariage. Ils pensent que la solution est de les donner en mariage. Nous essayons de les sensibiliser en leur disant que ce n’est pas la solution. Que la fille soit en mariage ou hors mariage, le danger est toujours le même », a-t-elle expliqué.

Avec un taux de prévalence de 66 %, Kolda se trouve, aujourd’hui, à la tête du peloton des régions où le mariage d’enfants est le plus pratiqué au Sénégal. Mais, les acteurs de la protection de l’enfance ne comptent pas, pour autant, baisser les bras. Ils demandent aux communautés de s’impliquer dans la croisade contre cette pratique en dénonçant les cas de mariages forcés qui seraient commis dans leurs localités respectives.
Source: Le Soleil

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »