Près de 12 milliards de la bm en soutien à 150.000 petits agriculteurs

agriculture_copie
Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé mardi un crédit IDA de 20 millions de dollars (près de 12 milliards FCFA) pour soutenir 150.000 petits agriculteurs au Sénégal.

 »Il s’agit d’un financement additionnel à la 2ème phase » du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO, WAAPP-2A en anglais)  »qui vise à renforcer la production de semences certifiées et le système de commercialisation dans la filière arachidière », précise la Banque mondiale dans un communiqué de presse.

Selon l’institution financière internationale,  »le projet vise à accroitre la production, la diffusion et l’adoption de technologies améliorées dans les filières prioritaires du Sénégal ».

Elle précise que 850.000 agriculteurs dont 40% de femmes vont désormais être les bénéficiaires directs du PPAAO-Sénégal.

 »L’agriculture reste un secteur clé de l’économie du Sénégal, car elle représente les deux tiers des recettes d’exportation et constitue la base de la nourriture et des moyens de subsistance de près de 70 pour cent de la population rurale », a indiqué Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal.

Dans ce secteur,  »la chaîne de valeur de l’arachide joue un rôle clé dans l’économie du pays car le produit est cultivé par près de 480.000 ménages ruraux, soit 65 pour cent de la population agricole », observe-t-elle.

 »La productivité reste faible, parce que le secteur agricole contribue seulement pour environ 17% du PIB alors que plus de 40% de la population est employée dans le secteur », relève toutefois Louise Cord.

Elle explique que  »le Groupe de la Banque mondiale veut donner un important soutien au pays afin de restaurer la compétitivité du secteur et la mise en œuvre réussie d’un processus complexe de sélection de nouveaux investisseurs stratégiques pour la SUNEOR, la plus grande industrie de l’huile d’arachide du pays ».

Le projet permettra de promouvoir davantage la responsabilité de tous les acteurs grâce à une approche participative et la prise de décision proactive en partenariat avec le comité interministériel chargé de la restructuration de SUNEOR, pour établir un consensus tout au long du processus de la sélection.

Selon Aifa Fatimata Ndoye Niane, économiste agricole principale et chargée du programme au sein de la Banque mondiale, « le financement additionnel aidera le Gouvernement du Sénégal à concevoir une nouvelle stratégie de développement de la chaîne de valeur de l’arachide ».

Selon Aifa Fatimata Ndoye Niane, économiste agricole principale et chargée du programme au sein de la Banque mondiale, « le financement additionnel aidera le Gouvernement du Sénégal à concevoir une nouvelle stratégie de développement de la chaîne de valeur de l’arachide ».

Cela aidera également le pays dans « la préparation d’un programme à long terme visant à diversifier les activités économiques dans les zones de production de l’arachide », a-t-elle poursuivi.

Elle a ajouté que le recensement des entreprises agricoles, y compris les organisations de producteurs et les coopératives, sera également réalisé avec le financement additionnel.

Source: APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »