Projet pole de developpement de la Casamance : 1 300 hectares de terres aménagées dans la vallée de Bayotte-Est

carte casamanceLe Projet pôle de développement de la Casamance (Ppdc) va aménager 1.300 ha de terres rizicoles cultivables dès l’hivernage 2018 dans la vallée de Bayotte-Est, communément appelée «vallée de Mpack» (Ziguinchor). Sur les lieux, déjà quatre digues-pistes sont en cours de construction pour la rétention d’eau.

Le préfet du département Ibra Fall, qui a visité les chantiers jeudi dernier, s’est réjoui de l’état d’avancement des travaux d’aménagement. Il a annoncé un grand nombre de productions rizicole et maraîchère dans les arrondissements de Nyassia et de Niaguis. Ce dernier s’était, en effet, rendu dans la vallée du Bayotte-Est en compagnie des sous-préfets des arrondissements de Niaguis et de Nyassia, ainsi que des maires des deux collectivités locales. L’objet de sa visite était de superviser les travaux de construction des digues-pistes que le Projet pôle de développement de la Casamance y a débutés depuis juillet 2017 pour s’enquérir de leur état d’avancement, des difficultés que traversent les entreprises dans l’exécution des chantiers et d’échanger avec les producteurs sur leurs préoccupations sur les ouvrages hydro-agricoles susmentionnés.

Dans l’ensemble, le préfet a dit être « satisfait ». Il a expliqué la réalisation des ouvrages hydro-agricoles et de franchissement que le Ppdc est en train de mettre en place dans la vallée du Bayotte-Est par la détermination de l’Etat à accompagner la dynamique de pacification et de retour à une vie normale dans le département de Ziguinchor. Ibra Fall a assuré que « c’est la manifestation éloquente de la volonté de l’Etat de faciliter le processus de paix par le développement des capacités de production et de la résilience pour asseoir les conditions d’une sécurité alimentaire des populations ».

Sécuriser les terres cultivables
M. Fall n’a pas manqué d’inviter les habitants de la zone du Bayotte-Est à un retour massif à la terre, notamment vers les vallées pour contribuer à l’objectif d’autosuffisance en riz fixé par le chef de l’Etat. Néanmoins, il s’est félicité de l’espoir que les travaux de construction de ces ouvrages hydro-agricoles suscitent au sein des populations qui s’activent dans cette importante vallée du Bayotte-est qui s’étale sur 3 000 hectares. Cette vallée est une zone de production de riz et de légumes par excellence. Située à 11 km de la ville de Ziguinchor, à la sortie sud, sur la route menant vers la Guinée-Bissau, elle est à cheval sur les communes de Nyassia et de Boutoupa-Camaracounda. Les villages que ladite vallée polarise sont Katouré, Boukhouyou, Bofa-Bayotte, Toubacouta dans l’arrondissement de Nyassia, et Bourofaye-Baïnounck, Bourofaye-Diola, Mpack (commune de Boutoupa-Camaracounda, arrondissement de Niaguis). L’ambition du Projet pôle de développement de la Casamance, à travers les digues de franchissement et de retenue d’eau qu’il est en train de réaliser dans cette vallée, est d’y sécuriser les terres cultivables. « Si l’eau n’est pas retenue, quels que soient les efforts que les populations vont consentir, elles ne récolteront pas », a expliqué son coordonnateur Youssouph Badji. « Donc, assure ce dernier, ces digues vont donner la possibilité aux producteurs de retenir l’eau de pluie pendant 4 à 5 mois voire plus dans la vallée. Ce qui permettra au riz de boucler son cycle ».

Quant aux maires des communes de Boutoupa-Camaracounda et de Nyassia, Malang Gassama et Mamadou Diallo, ils ont estimé que les digues de retenue d’eau qui sont en cours de réalisation dans la vallée du Bayotte-Est vont permettre aux agriculteurs de maîtriser les eaux de pluie dans leurs rizières, d’en faire un bon usage, d’augmenter leurs emblavures et productions. MM. Gassama et Diallo ont également indiqué que les ouvrages hydro-agricoles susdits offriront des opportunités de travail aux jeunes (garçons et filles) et contribueront à fixer ces derniers dans leurs terroirs pour le grand bonheur de leurs familles et communautés.

Vers le remembrement des terres…

Les populations qui exploitent la vallée du Bayotte-Est, communément appelée « vallée de Mpack », ont clairement exprimé le désir d’aller vers le remembrement des parcelles de la vallée auprès du préfet du département Ibra Fall lors de la visite de ce dernier sur les lieux la semaine dernière. Le préfet a approuvé la requête, soutenant que « c’est à cette seule condition que nous pouvons renforcer le processus de mécanisation de la riziculture. Puisque jusque-là, les producteurs travaillent dans des lopins de terre qui ne permettent pas à des tracteurs de se mouvoir et de procéder à des aménagements de vastes superficies ». Ainsi, le préfet a demandé aux sous-préfets d’accompagner ce processus « qui, dit-il, devrait également aboutir à la réorganisation des producteurs pour aller vers une structure faîtière qui va fédérer l’ensemble des comités de vallées déjà mis en place ».

M. Fall a insisté sur ce point en soulignant la nécessité pour les producteurs de travailler en synergie avec l’ensemble des comités de la vallée. A son avis, les travaux de régulation d’eau devront se faire en parfaire la synergie entre ces différents comités de la vallée. « Autrement, il y a à craindre une inefficacité dans l’exploitation de ces ouvrages », a averti le préfet.

…Un centre de production de riz et légumes en perspective

Le Projet pôle de développement de la Casamance (Ppdc) tient à faire de la vallée du Bayotte-Est, communément appelée « vallée de Mpack », un centre de production et de transformation du riz pendant l’hivernage. Il veut également en faire un grand centre de production pendant la contre-saison pour alimenter le marché de Ziguinchor et éventuellement celui de Bissau.

Le coordonnateur du Projet pôle de développement de la Casamance, Youssouph Badji, compte beaucoup sur le potentiel qu’il considère énorme, ainsi que sur la population qui est brave et courageuse. Il n’a pas occulté la dynamique sociale qu’on observe actuellement dans cette partie du département de Ziguinchor, qui avait été le théâtre de la tuerie de la forêt de Bofa. D’après le patron du Ppdc, « si les aménagements prévus sont faits après la construction de toutes les digues-pistes que son projet est en train d’y réaliser, la vallée du Bayotte-Est peut devenir, dans les cinq prochaines années, une zone extraordinaire de fourniture d’aliments pour les populations de Ziguinchor ».
Par ailleurs, Youssouph Badji a annoncé l’équipement des comités de vallée en intrants, magasins pour stocker les productions, tracteurs, motoculteurs et autres équipements agricoles pour leur permettre d’exploiter au mieux la vallée du Bayotte-Est.
Source: Le Soleil

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »