Ziguinchor : des acteurs du tourisme engagés contre Ebola

office de tourisme casamanceLes acteurs du tourisme de la région de Ziguinchor (sud) comptent mettre en place un dispositif de prévention pour participer à la lutte contre le virus à fièvre hémorragique Ebola, a annoncé jeudi, le coordonnateur de l’Office de tourisme de la Casamance, Modou Diouf.

« Aujourd’hui, les acteurs ont jugé nécessaire de mettre sur place des procédures sur conseil des autorités sanitaires locales pour voir comment ils peuvent participer à cette lutte et mesurer les conséquences de cette maladie », a-t-il dit lors d’une réunion sur l’ouverture de la saison touristique 2014-2015, prévue dimanche.

Selon le coordonnateur de l’Office de tourisme de la Casamance, les conséquences de la maladie Ebola sont liées à l’amalgame des Européens sur l’Afrique de l’Ouest, qui « ne font pas de différence » entre le Sénégal et les autres pays où sévit l’épidémie.

« Pour eux, l’Afrique, c’est un seul pays. Du coup, il y a une pression même familiale des touristes au niveau de leurs pays d’origine qui les oblige à ne pas venir », a-t-il déploré.

Partant, les les hôteliers de la région se trouvent lésés par les annulations de réservations des mois d’octobre et novembre.

Si l’on en croit Modou Diouf, « un hôtelier du Cap-Skirring, (une station balnéaire) qui en ce moment faisait le plein pour les vacances de Noël, aujourd’hui, il n’est même pas à 50% ».

Il a cité un autre hôtelier qui à la veille de l’ouverture de la saison touristique, n’a enregistré que deux réservations là où il faisait le plein.

« Cela veut dire que non seulement c’est un impact réel, mais c’est un impact qui risque de compromettre le reste de la saison s’il n’y a pas une communication positive qui est accentuée sur la décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui considère le Sénégal comme sorti d’Ebola », a soutenu M. Diouf.

Le président du Syndicat d’initiative des acteurs du tourisme en Casamance, Augustin Diatta, a jugé « catastrophique » la situation des hôteliers et des agences de voyage confrontés à « beaucoup d’annulations » de réservations à cause de la maladie d’Ebola.

Au cours de la rencontre, d’autres points ont été évoqués par les acteurs du tourisme notamment les problèmes relevant du transport aérien avec l’absence d’une cuve à kérosène au Cap-Skirring.

Ils ont demandé au gouvernement d’alléger les procédures d’obtention des visas d’entrée sur le territoire sénégalais.
Aps

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Translate »